en vitrine

Soran

Né sur la Rive-Sud de Montréal d’une mère japonaise et d’un père français, Soran a grandi entouré des instruments paternels, sur lesquels il pouvait expérimenter et apprendre, bien que ce dernier n’ait jamais pris le temps de l’accompagner dans le processus. À quatre ans, il joue de la batterie, mais son frère refuse de l’accompagner à la basse : il délaisse la musique pour une première fois, et, après quelques années aux percussions dans l’harmonie de son école secondaire, s’en éloigne à nouveau en faveur d’un programme axé sur les arts visuels.

À peu près en même temps, il cesse d’écouter de la musique, se satisfaisant de celle qu’il entend autour de lui. Puis, lors d’un voyage à New York, il achète une guitare à un itinérant, et, dès lors, redécouvre le plaisir de jouer : la musique revient, et l’inspiration est brute. Dans sa chambre, il enregistre une vidéo de quinze secondes qui, à son étonnement, obtient des centaines de réactions sur les réseaux sociaux. Plusieurs autres vidéos suivent – souvent des versions inouïes de chansons entendues une seule fois et refaites à sa main – et, pour rester humble face à un succès en ligne grandissant, il développe l’habitude d’aller jouer dans l’anonymat du métro. C’est là qu’en 2015 La Voix le remarque. Quelques mois plus tard, les quatre coachs de l’émission se retournent pendant son adaptation reggae de Hotel California.

Préférant jouer de la musique qu’en écouter, il se remet à la composition, imprégnant d’une touche particulière des pièces pop qu’il veut immédiates, pour qu’elles puissent être chantées et dansées. Suivent quelques offres de labels; Soran, avant de s’engager, préfère retourner gratter sa guitare dans les couloirs du métro, et en profite pour traverser la province via une série de concerts autoproduits – pour le plaisir de jouer, de partager sur scène. Puis, à l’automne 2016, Audiogram annonce la signature de la jeune sensation, qui fait paraître semaines plus tard un premier single : I Wish. S’en suit une cinquantaine de spectacles au Québec, notamment en premières parties de Geoffroy, Bobby Bazini, Gabrielle Shonk, Aliocha et Alex Nevsky.

À l’automne 2018 Soran présente un premier EP de six chansons originales sur lequel il joue l’entièreté des instruments et assure la coréalisation, appuyé par Connor Seidel (Matt Holubowski, Elliot Maginot, Charlotte Cardin). Depuis les spectacles-lancements présentés à guichets fermés à Montréal et Québec, les chansons du EP cumulent plus de 10 millions d’écoutes sur les plateformes de streaming à travers le monde.

Malgré la vie de tournée qui s’accentue, la jeune sensation continue de produire du contenu pour son public sur les réseaux sociaux, là où tout a commencé. Avec 120 000 abonnés sur Youtube et 100 000 sur Instagram, les attentes sont grandes mais Soran saura toujours les surprendre.

en prestation:

QUAND? Mardi 19 février dès 21:00
OÙ? L'Ampli de Québec
> Détails de l'événement